Les images de notre site : une mise en valeur de la recherche (partie 3)

Les images de notre site : une mise en valeur de la recherche (partie 3)

L’analyse de la survie des micro-organismes dans des environnements extrême.
(Titre original : “Life in the cold – survival and activity of microbial organisms in extreme environments”)

Les régions polaires se réchauffent plus rapidement que la moyenne globale, et ceci en raison du changement climatique. En effet l’augmentation de la température de l’air près de la surface de la Terre dans cette région, atteint près du double de la moyenne mondiale ! Ainsi la fonte des glaces est y fulgurante. La vulnérabilité à l’augmentation du niveau des océans et à l’érosion côtière dans le nord-ouest de l’Alaska est d’ailleurs l’un des quatre domaines de recherche du Yale Project on Climate Change Communication (YPCCC).

Quels effets ces changements auront-ils sur les écosystèmes hébergés par ces régions ? Une fois la glace fondue, de quelle manière pourra-t-on agir dans une perspective environnementale et écologique ? Ce sont les questions que se sont posé James A. Bradley, Joy S. Singarayer, et Alexandre M. Anesio, chercheurs à l’université de Bristol au Royaume-Uni.

Le changement climatique entraîne non seulement une transformation du paysage, mais aussi des mutations rapides dans les cycles biogéochimiques. Les zones limitrophes aux glaciers sur lesquelles la fonte des glaces a déjà agi sont des endroits idéaux pour étudier ces changements. Sur cette photographie, nous pouvons observer la couche de glace du Groenland.

C’est dans le but de fournir une évaluation quantitative des processus clés et de guider l’orientation des recherches futures, que ces trois chercheurs ont modélisé l’écosystème qui se développe lors de la fonte des glaces. La description simple de ces communautés microbiennes donnera lieu à ​​une meilleure compréhension des processus qui les structurent dans l’espace et le temps, ce qui permettra à terme, d’établir des contrôles sur leur croissance et leur évolution.

Par ailleurs, cette étude démontre que la fine couche glaciaire et ses sédiments hautement réactifs trouvés dans les marges pro glaciaires, pourraient avoir des conséquences sur les cycles biogéochimiques et atmosphériques, en modifiant notamment leur concentration en CO2. Ceci serait dû au carbone qui s’échapperait lors de l’altération des roches. Cependant, l’impact réel de la vie microbienne reste difficile à quantifier.

Les conclusions de cette recherche attirent notre attention sur la différence de réchauffement climatique qu’il y a dans ces régions, selon les saisons ; et mentionnent le fait que peu d’études intègrent actuellement la saisonnalité dans leur stratégie d’échantillonnage ou d’analyse. Il est donc essentiel d’étudier la dynamique des sols en hiver comme en été.


Notre volonté de définir une stratégie à la hauteur de vos enjeux, est à l’image de cette étude, motivée par l’envie d’orienter les recherches futures afin de s’adapter au mieux à l’avenir que nous réservent les cycles biogéochimiques. Par ailleurs, nous pensons que le travail d’équipe, présent au cœur de cette photographie, est un élément clé pour réussir à surmonter vos obstacles. Cette entraide permettra de construire une stratégie qui vous ressemble, et que notre équipe sera heureuse de vous aider à suivre.

Pour en savoir plus : 

- L’étude complète : “Life in the cold – survival and activity of microbial organisms in extreme environments

Crédit Photo : © Gary Barker, University of Bristol.

 

 

Voulez-vous découvrir l’histoire derrière la phrase “Faire de la recherche une alliée de la communication” ? C’est par ici.

Print Friendly
Rachel Trioreau

À Propos de Rachel Trioreau

Encore étudiante, Rachel a soif d’apprendre. Comme le dit l’adage « savoir d’où l’on vient, c’est savoir où l’on va », Rachel est persuadée que la recherche doit précéder l’action pour que celle-ci soit efficace. A Sircome, elle occupe le poste de chargée de communication digitale junior. En parallèle, elle suit le master 2 « communication des entreprises et médias sociaux » de l’université Paris-Est Marne-la-Vallée.